Georges-Patrick
      Gleize


                              


Un brin d'espérance


Un Brin d'Espérance
Editions
Albin Michel (2007)
ISBN 2-
226-17232-7
16.92 euros TTC





Editions De Borée




 

        Mai 1934, au cœur des Pyrénées ariégeoises. Le jeune Pierre est parti avec son père et son frère pour sa première estive. Pris dans la tourmente d’un terrible orage, il va assister, impuissant, à la disparition du troupeau qui constituait la principale source de revenus de sa famille. Ruinés, chassés de leur ferme, contraints à l’exode, les Sagnol n’ont d’autre choix que de gagner la petite ville voisine pour trouver de l’embauche dans l’industrie textile. Arrachés à leurs racines paysannes, ils ne perdent pas espoir et rebâtissent avec courage une existence nouvelle. Tandis que son frère s’engage dans la Coloniale, Pierre se passionne tant pour son métier de tisserand qu’il rêve de s’installer à son compte comme artisan façonnier. C’est alors qu’il fait la connaissance de Gaby, une jeune ouvriere...

    Dans cette fresque sensible, émouvant hommage aux hommes et aux femmes qui ont donnée vie à une région, Georges-Patrick Gleize évoque l'Ariege d'autrefois, sa solitude, son apreté, et l'énergie d'une société rirale et attachante. Nonchalante et nostagique et la belle époque.



Une histoire d’amour, des projets bouleversés par la guerre de 40… Tous les ingrédients d’une chronique romanesque sont réunis…

Un brin d’espérance est un excellent dérivatif romanesque à consommer sans modération.  

Le Journal de l’Ariège

Poignant dans le fond, sensible, attachant dans la forme, cette chronique romanesque des années 30-40 est authentique et pleine du courage des hommes et des femmes d’Ariège, fiers et libres d’un réel brin d’espérance.

La Dépêche du Midi

Une fresque des années 34-45 où l’on croyait aux vertus du sérieux dans la besogne sans rechigner à la peine… confiants aux progrès.

Le Midi Libre

Une écriture très documentée, une peinture très réaliste de la vie quotidienne des cités textiles… De quoi montrer que le travail et les rêves des hommes sont le meilleur antidote à la sinistrose du temps…

La Gazette ariégeoise

Georges-Patrick Gleize évoque l’Ariège d’autrefois, sa solitude, son âpreté, l’énergie d’une société rurale attachante.

La République






Copyright - Georges-Patrick Gleize (2015)